Articles marqués avec ‘Karl lagerfeld’

Une maison de poupée façon jeu de construction

C’est après la naissance de son fils, Gaspard, qu’Ana Maia, architecte de formation, a eu l’idée de créer une maison de poupée évolutive parce qu’elle n’en trouvait pas dans le commerce. Cette designer portugaise, installée en Belgique avec son mari Laurent Maes, s’est alors lancée dans une création très inspirée par le mouvement Bauhaus.

Lire la suite

La femme Rykiel lit

Depuis le 11 mars dernier, la maison Rykiel ravit l’intelligentsia fashion par l’ouverture d’une boutique particulière. Des rayonnages de bibliothèque tapissent les murs de la boutique du 175, Boulevard Saint Germain. 40 000 volumes consultables sur place, entre deux essayages.

Lire la suite

La petite veste noire de Chanel

Icône de la Maison Chanel depuis 1954, la petite veste noire est aujourd’hui l’héroïne d’une exposition de photographies réalisée par Karl Lagerfeld. Avec la complicité de Carine Roitfeld, directrice mode du magazine Harper’s Bazaar, le couturier a photographié une centaine d’amis, de personnalités et de mannequins revêtus de la célèbre veste. Indifféremment portée par les hommes et les femmes se l’appropriant le temps d’une photo, la petite veste noire prouve ainsi sa modernité.

Lire la suite

La femme Slimane, rock amazone

« Les modes passent, le style est éternel ». YSL

Pendant 10 ans, Hedi Slimane a inventé pour Dior la silhouette de l’homme d’aujourd’hui. Tailleurs cintrés, épaules étroites, manches près du corps, il a habillé toutes les pop stars de la planète, de David Bowie à Keith Richards en passant par Sting ou Mick Jagger. Mais Slimane n’a pas seulement dégagé l’homme de ses épaulettes de chef d’entreprise en cravaté, il a rendu à l’homme une ligne, une silhouette, un corps, avant lui enfouis sous des couches de vêtements. A tel point que Karl Lagerfeld a pu déclarer que s’il avait décidé de perdre trente kilos, c’était pour pouvoir entrer dans ses costumes cintrés et ses chemises blanches aux cols impeccables.

Lire la suite

Polanski met Prada sur le divan

Les marques de luxe aiment à communiquer autour de leurs produits. Organisant la rareté de leurs nouveaux clips publicitaires destinés à la télévision et au cinéma. Insufflant la magie dans des images aux noirs et blancs forcément intemporels (le parfum Eau Sauvage de Dior) ou par le soin apporté au décor, à la musique et au scénario, ils cherchent ainsi à réinventer une femme icône mythique et forcément inaccessible (Audrey Tautou dans le Trans Europe express pour Chanel). Cependant, l’apparition des réseaux sociaux et des contenus viraux a marqué un tournant dans la communication audio-visuelle des grandes marques, fortement influencée jusqu’alors par une forme de communication proche de la publicité des années 50, celle de la « réclame ». Centrée sur le produit, la marque décline les finitions et les fonctionnalités d’un sac à l’infini, pour inciter l’acheteuse potentielle à l’acheter. C’est ainsi qu’on peut trouver sur le site de grandes marques plusieurs clips de ce type, superbement réalisés, mais extraordinairement prosaïques.

Lire la suite