Des designers transforment de la boue toxique en ligne de céramiques

Faire de la céramique durable à partir de déchets industriels ? C’est possible, comme évoqué dans le concept « Green Innovations » – Thème Lands de l’Etude Numérique Influences AW20-21. Quatre designers du Royal College of Art de Londres, Guillermo Whittembury, Joris Olde-Rikkert, Kevin Rouff et Luis Paco Bockelmann, ont en effet réussi le pari ingénieux de recycler des résidus de boue rouge, issus de la production d’aluminium, pour en faire une ligne désirable de tasses, bols et théières, couleur terre cuite. Une façon audacieuse et inventive de valoriser les sous-produits potentiellement toxiques du monde moderne tout en réduisant la production de matières premières.

RCA Designers
Selected by PROMOSTYL
De déchet toxique…

Également appelée “résidu de bauxite”, cette fameuse boue-rouge est obtenue suite à l’affinage du minerai de bauxite en alumine, utilisée ensuite pour produire de l’aluminium. Le matériau est constitué principalement d’oxyde de fer, ce qui lui confère une couleur rouille vive, flirtant avec l’ocre et le rouge.

RCA Designers
Selected by PROMOSTYL

Mais pour chaque tonne d’alumine produite, on récupère jusqu’à deux tonnes de cette boue rouge, hautement alcaline et difficile à neutraliser. « Plus de 150 millions de tonnes de boue rouge sont produites chaque année, suffisamment pour empiler six fois dans des barils industriels jusqu’à la lune », ont expliqué les concepteurs.

RCA Designers
Selected by PROMOSTYL
RCA Designers
Selected by PROMOSTYL

« Actuellement, elle reste inutilisée dans les fosses géantes du monde entier », ont-ils ajouté. « Bien que ces images créent de superbes images satellite, les coûts environnementaux sont évidemment énormes. »

RCA Designers
Selected by PROMOSTYL
… à matière première pour céramiques

En collaboration avec des scientifiques spécialisés et des céramistes, les designers de ce projet se sont appliqués à explorer le potentiel de cette boue rouge comme matériau de construction afin de lui trouver un meilleur usage, mais aussi de sensibiliser l’opinion publique sur l’impact environnemental de matières soi-disant anodines comme l’aluminium. « Se faire une tasse de thé dans des déchets industriels peut sembler étrange pour certains », a déclaré Olde-Rikkert. « Mais nous devons réévaluer la stigmatisation entourant le terme « déchet ».

RCA Designers
Selected by PROMOSTYL

Le choix de la céramique s’explique également par leur volonté de souligner le contraste qui oppose le processus de production de ces deux matières. Alors que la fabrication de céramique est associée à “la chaleur, la fragilité et à la finesse », la création de l’aluminium est au contraire considérée comme un processus industriel « brutal » et « gargantuesque », ont-ils précisé. “La boue rouge a également été utilisée pour fabriquer les émaux, ce qui a donné des résultats « surprenants » à chaque fois en raison de l’abondance d’oxydes métalliques dans sa composition.

RCA Designers
Selected by PROMOSTYL
RCA Designers
Selected by PROMOSTYL

« Le plus étonnant est la variété de couleurs que l’on obtient en fonction de la température de cuisson, allant d’un rouge terracotta très doux au violet, puis au noir », ont déclaré les concepteurs. « Notre espoir est de maximiser le potentiel des matériaux secondaires et de surprendre le public avec ce frère un peu plus rouge et un peu plus boueux que le métal brillant que nous trouvons dans tous nos appareils électroniques. » concluent-ils.

RCA Designers
Selected by PROMOSTYL