Une start-up conçoit des teintures textiles à base de bactéries

Créés en laboratoire par des scientifiques avisés, ces nouveaux colorants destinés à l’industrie textile pourrait bel et bien révolutionner ce secteur jugé extrêmement polluant. Explications.

Vienna Textile Lab, Karin Fleck
Pictures by Michael Fraller – Selected by PROMOSTYL

“Nous pensons que l’industrie textile à besoin de certains changements, de la part des producteurs comme des consommateurs. Notre mission ? Changer la manière dont nous appréhendons la couleur et offrir une réelle alternative aux teintures synthétiques.” C’est ainsi qu’est présentée sur son site la start-up autrichienne Vienna Textile Lab, fondée par Karin Fleck, une scientifique qui a mis au point une série de colorants textiles uniques en leur genre, élaborés à partir de bactéries. Le but ? Rendre les processus de teinture, traditionnellement polluants, conformes aux exigences actuelles de développement durable et de sauvegarde de l’environnement.

Vienna Textile Lab, Karin Fleck
Pictures by Michael Fraller – Selected by PROMOSTYL
Les bactéries, des matières premières écologiques

Mais pourquoi choisir les bactéries comme matières premières ? “Tout d’abord, il est très difficile d’éliminer les colorants synthétiques des eaux usées de teinture, mais les composants naturels sont censés être plus faciles à éliminer” explique la fondatrice de Vienna Textile Lab. “De plus, aucune surface agricole n’est nécessaire, ni aucun autre produit coûteux, comme le pétrole par exemple. Les bactéries peuvent également être stockées sous forme de tubes dans des laboratoires, puis multipliées à tout moment.”poursuit-elle. Enfin, et surtout, aucune émission de CO2 n’est émise durant tout le processus de production de ces teintures nouvelles générations.

Vienna Textile Lab, Karin Fleck
Pictures by Michael Fraller – Selected by PROMOSTYL
Une innovation aux applications multiples.

Respectueux de l’environnement, ce nouveau processus de création de colorants s’adapte à une grande variété de tissus. “Polyester, coton, laine : ça fonctionne très bien sur tout !” se réjouit Karin Fleck. “Nous avons également fait des tests sur du lin, du modal, de la viscose ou encore des fibres de banane et d’orange.” continue-t-elle. Les teintes disponibles sont d’une grande variété, allant des nuances d’orange, de jaune à celle de violet et de gris, idéales pour les denims. De quoi dessiner un bel avenir à ces teintures bactériologiques.

Vienna Textile Lab, Karin Fleck
Pictures by Michael Fraller – Selected by PROMOSTYL